Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Témoignages’ Category

26 mai 2011. M. Alain Azéma m’apprend que les reliques de l’église de Cherchell se trouvant en l’église de Cros de Cagnes ne sont pas celles que j’avais autrefois reçues. Voici son message qui intéressera certainement les Anciens de Cherchell Je l’ en remercie chaleureusement. Denise Boulet-Dunn (ex Denise Valéro-Boulet ). …-« J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre blog et en particulier l’article concernant les reliques de Cherchell. C’est sur ce point que je voulais vous apporter des précisions. Les reliques que vous recherchez ne sont pas celles que j’ai « retrouvées ». En effet, ce que j’ai récemment inventorié, que nous allons prochainement photographier de nouveau et diffuser sur internet concerne un envoi direct du Chanoine Cornillon ( curé de Cherchell ) au prêtre de Cagnes sur mer ( voir fichier joint ), composé de 4 caisses contenant 16 vitraux démontés en 4 parties. Ce que vous avez reçu en 1962 à Nice est un autre envoi que le prêtre a du faire avec votre oncle le Docteur Trainar qui ne devait contenir, outre la peinture et santons, qu’ un seul vitrail ( probablement en 4 parties ), offrande de la famille Valéro. Je suis désolé de vous avoir donné de faux espoirs, je pense qu’il faudrait entrer en contact avec le prêtre chargé de la paroisse de Thorenc pour savoir ce que sont devenues ces reliques, si j’arrive à obtenir ces informations, je ne manquerais pas de vous le faire savoir. Je n’ai bien sùr pas d’objection à la publication de toutes ces informations et si vous le désirez je pourrai vous fournir quelques photos des vitraux retrouvés ». ====================================== Voici une image des vitraux se trouvant à Cros de Cagnes. Courtoisie de M. Alain Azéma.  A la suite mon texte  au sujet des autres éléments de l’église de Cherchell et du Dr Max Trainar et son épouse.. 1°: Cherchell Reliques Paroisse Dans l’espoir d’apporter un élément d’information susceptible d’être utile, Je précise ci, dessous mes souvenirs à cet égard. C’était quelques mois avant juillet 1962… Nous nous trouvions à Nice, France, mon mari, mes enfants et moi, 13 rue Molière. Un énorme paquet me parvint, en provenance de Cherchell, Algérie. Il avait été préparé par – mon Oncle, le Docteur Max Trainar, – son épouse, Augustine Paulet-Trainar, – et leur grand ami, le Chanoine de l’Eglise de Charchell. Il contenait : -une immense fresque, peinte à l’huile sur toile, représentant Bethléem, lors de la Nativité. Avec tous les personnages traditionnels. Oeuvre du Dr Max Trainar, artiste peintre amateur de talent. Il signait du nom de sa mère : « Morlane. -Une crèche complète, composée de santons de grande taille. L’Enfant Jésus, particulièrement beau. -des vitraux dont l’un au moins offert part la famille Valéro dont le nom est gravé. Après avoir admiré l’oeuvre de mon oncle , et soigneusement emballé chacun des santons, j’ai tout rangé dans une immense malle en osier, provenant de ma grand mère maternelle, placé le tout dans le garage, Et parlé de ces trésors autour de moi. Les temps étaient loin d’êttre faciles. A mon tour je voulais sauvegarder cet héritage. Parmi nos amis, Roland Moncho, avocat de talent et grand chrétien, me suggéra d’offrir ces reliques à une paroisse des Alpes Maritimes. Suggestion acceptée d’ « en- thousiasme »… Un jeune prêtre me rendit visite. Sa paroisse se trouvait dans l’arrière pays de Grasse, dans les environs de Thorenc. Il fut heureux de tout ranger dans sa petite voiture… Je n’ai plus eu de nouvelles depuis !!! Malgré mes recherches… Les évènements se précipitaient… Il fallait pourvoir à la vie quotidienne d’une famille qui se dispersait dans la tourmente… Denise Boulet-Dunn (ex Denise Valéro). 2°)

Quelques mots sur  Dr Max Trainar et Le Chenoua des Quatre Vents ONCLE MAX le Chenoua des quatre vents l’héritage phénicien et le  » veau marin  » de petite Colette… Le Chenoua, un « djebel  » dont une pente descendait doucement vers la mer en une suite de falaises… A l ‘est , Tipasa, à l ‘ ouest , Cherchell, l’antique Césarée, capitale de Juba II.  Là, ce n’était plus le paradis de mon oncle Charles, mais celui de mon oncle   Max , médecin doublé d’un artiste, peintre, musicien, archéologue. C’était un être séduisant, amoureux de la vie, de la beauté. Il aura influencé bien des jeunes qui l ‘ entouraient et dont je faisais partie. Dans sa jeunesse , disciple de Stéphane Gsell, il avait, avec lui, étudié les ruines de Tipasa, à terre comme dans les fonds sous marins et revenir sur ces lieux était pour lui un pèlerinage aux sources . (Héros, aussi, de la guerre 1914/18, lorsqu’il allait jeune médecin ramasser les blessés, en première ligne, sous le feu ennemi)… A quelques kilomètres de Tipasa, entre le hameau du « Chenoua-plage « où se bâtissaient quelques maisons et villas, et la ville de Cherchell, il avait découvert un admirable site, sauvage et solitaire,  » Les Quatre Vents « . Ebloui, il avait acheté, peu à peu ,parcelle par parcelle ,un ensemble de falaises et de plages désertes à une tribu kabyle amicale composée de 18 propriétaires pas toujours d’accord entre eux. Les tractations avaient duré des années. Oncle Max montait jusqu’au sommet du djebel pour soigner gratuitement toute la tribu, leur donnait des médicaments, et chaque fois recevait une ovation, revenait avec du couscous roulé par les mains des femmes et même un jour avec une petite poterie . J’ai conservé ce récipient et sa soucoupe. Façonnés avec l’argile locale, ornés de dessins géométriques peints à l’ocre, ce sont des objets de facture primitive, dont la tradition remonte aux temps les plus lointains et véhicule leur enseignement … A la limite des terrains surplombant la mer, sur le haut des falaises, des vestiges antiques apparaissaient à fleur de sol, des urnes tronquées contenant encore des crânes avec quelques dents . Oncle Max soulevait ses lunettes, les fixait à son front, pour examiner de près la trouvaille : – » celui-ci, diagnostiquait-il en souriant, un Phénicien c’est évident, devait avoir environ trente deux ans « ! Un comptoir phénicien avait existé dans le secteur , avant la présence romaine et ses nombreuses traces ! La base d’une colonne antique, en marbre , nous servait de siège en plein air : nous n’aurions même pas eu l’idée d’en faire un trésor de salon, à faire admirer par les amis et connaissances ! ! ! L’oncle Max avait cependant amassé au cours des temps une fort belle collection d’objets antiques : statuettes, lampes à huile, poteries…plus tard perdue à son grand désespoir… De temps en temps il organisait une marche  » à la découverte « , semant sur le parcours à l’avance quelques pièces de monnaie romaine, certain de me mystifier sans difficulté, et d ‘ entendre mes cris de joie devant mes  » trouvailles  » ! Sa passion pour ces lieux l’avait même décidé à s’installer à Cherchell ,à ouvrir là son cabinet médical . Il s’était lié d’amitié avec le curé de la paroisse, avait offert à l’église une magnifique crèche, avec des santons de grande taille, et peint lui même les paysages bibliques , Bethléem et autres lieux, sur une longue toile qui chaque année, pour Noël, servait de fond . Lorsqu’il fallut quitter l’Algérie, toute cette crèche me fut envoyée. Je l’ai offerte à un jeune prêtre des Basses Alpes, dans le secteur de Thorenc. Il paraît qu’elle est toujours utilisée depuis, lors de chaque fête de Noël. Où exactement ? Je ne saurais le dire ! Il faudrait chercher… Peut-être l’oncle Max avait-il signé de son  » pseudo « ,  » MORLANE « , qui était le patronyme de sa mère… Dans la grande malle en osier contenant ces souvenirs, il se trouvait aussi des vitraux. L’un d’entre eux avait été offert à l’église de Cherchell par la famille Valéro. Je ne sais plus où sont passés ces vitraux. Où avais-je la tête ? ! Profitons- en pour faire face aux réalités et les accepter : on ne peut impunément passer par de tels  » événements  » sans recevoir  » le coup de bambou  » ! ! ! NB

Emouvant de noter que, après leur départ de Cherchell, Max et Augustine Trainar, vécurent la fin de leur existence à Cros de Cagnes,  Immeuble des Oliviers, tout près de l’Eglise Notre Dame de la Mer, qui se trouve 20 Avenue du Général Leclerc, à Cagnes sur Mer. Denise Boulet-Dunn (ex Denise Valéro).

 

La Mer à la Montagne, mieux que les Villes à la Campagne:

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)MaxTrainar_MerMontagne

Read Full Post »